Nantes. Alors comment ça va le petit commerce ?

La CCI de Nantes Saint-Nazaire et l'association des commerçants Plein Centre dresse le bilan de l'activité 2014. Une année 2014 en « dents de scie », avec une activité parfois excellente, parfois désolante. L’ouverture des commerces deux dimanches après-midi avant Noël a apporté une véritable bouffée d’oxygène.


 
 
 
 
 
 
 
 
L’Observatoire du commerce en centre-ville de Nantes, recueille chaque mois les données de chiffres d’affaires d’un panel de commerçants et de restaurateurs volontaires, pour établir un bilan provisoire (les données du mois de décembre 2014 n’étant pas encore analysées) de l’activité commerciale en centre-ville de Nantes. "L’année 2014 est pour l’instant caractérisée par un repli d’ensemble de -1,7% par rapport à 2013. Plus précisément, le 1er semestre (janvier-juin) enregistre une diminution de l’activité commerciale de 1,4% par rapport à 2013 et le second semestre (juillet-novembre) 2,2%.", précise Jean-Luc Cadio, Vice-Président de la CCI Nantes Saint-Nazaire.
 
les mois d’avril et août enregistrent de meilleurs scores en 2014 par rapport à l’an passé. A l'inverse, les mois dont l’activité a régressé par rapport à 2013 sont mars, juin, et surtout les mois de février et novembre "Quatre mois lors desquels les commerçants ont dû faire face à trois samedis de manifestations au total", explique Jean-Luc Cadio, "on respecte les manifestations et le droit à manifester, mais point trop n'en faut, car cela a un impact sur le Chiffre d'Affaires des commerces. Nous travaillons avec la Préfecture notamment sur les circuits de manifestations, qu'ils ne viennent pas trop près du centre ville...". Et Natalie Deniau-Millon, Présidente de l'association de commerçants "Plein Centre" : "Il ne s'agit pas d'interdire les manifestations... et d'ailleurs comment interdire des manifestations qui ne sont pas autorisées ?". Le souhaite de la CCI : que les manifestations soient plus... "périphériques".
 
 
A tout secteur, tout honneur
 
L’analyse par secteurs d’activités fait apparaitre des difficultés dans deux branches d’activités, avec un lourd tribut payé par les magasins de culture et loisirs (-6.8% par rapport à 2013) et les boutiques d’équipement de la personne (-3.9%). En revanche, les magasins d’équipement de la maison ont plutôt bien résisté (+3,3% par rapport à 2013) sur l’ensemble de l’année, hormis en juin et novembre. Les cafés et restaurants parviennent à signer un bilan positif (+1,5%) grâce à un mois d’août exceptionnel.
 
 
 
Ouverture le dimanche : ça marche
 
 Force est de contraster que les ouvertures dominicales avant les fêtes de fin d'année se sont révélées être un succès. "Un succès qui repose entre autres sur le nombre important de commerces qui ont joué le jeu ces 2 dimanches de décembre ! Ils étaient nombreux à accueillir les clients ces deux dimanches après-midi, et ils ont eu raison car cette journée a été l’occasion d’augmenter leur chiffre d’affaires", confie Jean-Luc Cadio. “Nous ne demandons pas l’ouverture sur 12 dimanches par an, 5 suffit avant les fêtes de Noel , pour les soldes et la braderie”... A noter que l'exercice 2014 de la Fnac de Nantes aurait été "sauvé" grâce aux ouvertures dominicales de décembre. 
 
 
 
Et les soldes dans tout ça ?
 
Pour le moment, les retombées des soldes ne sont pas ... enregistrées. Mais pour Nathalie Deniau Millon "on espère que les gens vont venir aux soldes en deuxième démarque, car si les premières journées ont été bonnes, les évènements tragiques à Charlie hebdo ont refroidi les envies de shopping".
 
 
De l'humain avant toute chose....
 
Pour la quatrième année consécutive, la CCI Nantes St-Nazaire propose aux commerçants, représentants d’associations de commerçants, experts et élus locaux, une rencontre pour faire le point sur les nouvelles tendances impactant leur activité et sur les pistes d’innovations commerciales.
Cette année, la thématique retenue pour Passion Commerce, qui aura lieu le lundi 13 avril 2015 est : Les attentes du consommateur, l’accueil et l’écoute client. En effet, il est plus que nécessaire de bien connaitre ses clients, de faire le nécessaire pour bien les accueillir et de les fidéliser. C’est la clé d’une offre différenciée et attractive.
Face à internet, les commerces ont tout intérêt à occuper l'espace web et à communiquer sur leur savoir-faire, leur équipe, bref afficher de l'humain face aux boutiques en ligne... par nature déshumanisées.  Ce n'est pas faute de le dire depuis sa création dolcerama ne cesse de le répéter "bougez-vous la com" .
 
"Il va falloir que les commerces se montrent attractifs", souligne Jean-Luc Cadio. Pour cela, certains commerçants vont devoir réapprendre les bases du commerce : se faire connaitre, savoir accueillir , être à l'écoute du client... sans oublier l'amabilité ! 
 
 
 
 
 
 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.